La magie est dans l’exécution, pas dans la stratégie

  dans Conférencier, Entreprise, Exécution, Sport

Un article par Sébastien Sasseville, conférencier.

Toute personne avec un stylo et une feuille de papier peut proposer une stratégie. Tant dans le sport qu’en affaires, c’est l’exécution qui compte vraiment. Cela m’a été rappelé récemment, à la dure, lors de ma septième course Ironman. Les leçons apprises se transmettent très bien à nos entreprises, alors les voici.

Je considère mon entraîneur de triathlon comme l’un des meilleurs du secteur. Il avait élaboré avec talent une fine stratégie pour ma course la plus importante de l’année. Le plan était détaillé, personnalisé, il couvrait la nutrition, le rythme de la course, tout était parfait.

Mais après 9 heures de course, à la mi-chemin du marathon, qui avait été précédé de 3,8 km de nage et de 180 km de vélo, toutes les roues se sont détachées! En termes triathlètes, j’ai explosé!

J’avais pourtant la journée parfaite, alors qu’est-ce qui a mal tourné? L’exécution a mal tourné. Pas la stratégie. Une hydratation insuffisante en début de course a eu de lourdes conséquences plus tard dans la journée.

Notez bien : j’avais la ferme intention de suivre le plan. Mais j’étais ¨immergé¨ dans l’action, j’ai arrêté de visualiser le plan régulièrement et sans m’en rendre compte, j’ai mal exécuté, ce qui m’a conduit à un résultat décevant.

Chaque semaine, je m’adresse à des cadres dans le but de personnaliser mes conférences pour chaque client, entreprise ou auditoire. Au cours de ces échanges, il y a un constat récurrent: le rythme du changement s’accélère. Nous sommes tellement occupés à éteindre des feux que nous avons parfois l’impression de ne plus avoir le temps de faire notre travail. Les attentes des clients augmentent, de même que la concurrence. Sans parler de la façon dont la technologie transforme de nombreux milieux de travail.

Pour nous assurer que nous nous concentrons sur l’exécution et les actions qui génèrent des résultats, voici quelques conseils que j’ai recueillis en cours de route, que ce soit lors de mes compétitions sportives ou dans mon parcours professionnel :

  1. Vous avez besoin de systèmes. Ne présumez pas que vous vous souviendrez de ce sur quoi focusser, et quand. L’intention et l’action ne sont pas d’un même monde! Mettez des déclencheurs et des rappels en place pour vous assurer de rester sur la bonne voie.
  2. L’alignement. Avant d’agir et de dépenser votre atout le plus précieux, à savoir le temps, demandez-vous toujours: «Cette action est-elle alignée sur l’objectif final et le soutient-elle?».
  3. Réévaluez souvent. Ne présumez pas que vous êtes sur la bonne voie, soyez humble et remettez en question vos actions. Corriger le parcours est toujours plus facile lorsque vous le faites tôt.
  4. Cela signifie dire non. L’exécution consiste davantage à dire non qu’à dire oui. Récemment, j’étais le conférencier invité lors de la réunion des 100 plus grands dirigeants d’une entreprise du groupe Fortune 500. C’était le message principal du PDG: «Nous devons apprendre à dire non. Nous ne pouvons pas être tout pour tout le monde. Je veux moins de projets, mais davantage d’attention et de ressources pour les plus grandes opportunités. Nous devons trouver le courage de dire non aux petites opportunités pour atteindre nos objectifs».
  5. Avoir une destination claire. Plus la destination est claire, plus il est facile d’identifier les priorités et les actions qui y mènent. Cela deviendra aussi plus facile de dire non.
  6. Que dois-je faire pour gagner? Question simple. Passez-vous la majorité de votre temps à ces actions et exécutez-vous les bonnes tâches au bon moment?
  7. Ne célébrez pas trop tôt. L’exécution exige une concentration à 100% jusqu’à la fin. Continuez à analyser le plan, à le questionner et à le réévaluer, et soyez prêt à l’adapter au fur et à mesure que l’environnement change, jusqu’à la fin.
  8. Soyez concentré, non pas obsédé. Je suis allé jusqu’au sommet du mont Everest. Il y a deux raisons pour lesquelles certaines personnes ne reviennent pas de ce voyage. Premièrement, elles refusent de réévaluer le plan et ne parviennent pas à s’adapter à un environnement changeant. Deuxièmement, elles sont obsédées par le sommet et oublient la mission, le POURQUOI. Dans mes conférences de motivation, lorsque je m’adresse à l’équipe dirigeante, la mission, notre objectif et l’impact que nous avons sur les autres sont des éléments centraux. Fait intéressant, lorsque le POURQUOI est fort, nous nous retrouvons avec une réserve d’énergie illimitée…

J’espère sincèrement que ces conseils vous aideront.
Bonne chance,

Sébastien

Crédit photo (haut): Talbot Cox

***

Sébastien Sasseville aide les dirigeants à diriger le changement et les organisations à adopter le changement. Il travaille avec des organisations performantes qui ont atteint le camp de base, mais qui cherchent à se transformer pour dicter le rythme, rester dans une position de leader et atteindre le sommet.

L’histoire de Sébastien incarne la résilience et la transformation. Atteint de diabète de type 1 à l’âge de 22 ans, il a atteint le sommet de l’Everest, traversé le Canada à la course à pied, complété la mythique course du Sahara et plusieurs triathlons Ironman.

De l’Everest au Sahara, Sébastien fournit aux grandes organisations l’état d’esprit et les stratégies pour maintenir des performances optimales dans des environnements en mutation rapide.

Pour en connaître davantage sur les messages de Sébastien et ses conférences inspirantes, visitez le site www.sebinspire.com

Articles récents

Laissez un commentaire